add share buttons
mer. Juin 16th, 2021

LEPAYSDOGON.net

les diaments de l'info

PAYS DOGON/KORO: L’Etat ne communique pas sur le cas Dinangourou. Pourtant, c’est un deuxième Farabougou que les terroristes veulent instituer après leurs defaites face à l’armée dans la localité

2 min read

Plusieurs fois défait par l’armée devant le camp militaire de Dinangourou, les groupes terroristes veulent imposer un embargo pour punir les populations et les emmener à désavouer les soldats. « Tant que vous soutiendrez les militaires installés chez vous, vous serez sous embargo. Vous n’irez plus à Koro ». Voilà en substance ce que les groupes armés terroristes (GAT) ont envoyé comme message aux habitants de Dinangourou le 29 Avril 2021 dernier.

En réalité, la présence d’un camp militaire à Dinangourou empêche les GAT d’avoir la liberté de mouvement dans cette partie du cercle de Koro. C’est pourquoi, depuis quelques semaines, ils ont accentué leur pression sur ledit détachement des FAMa dans le but de les déloger. Malheureusement pour eux, les soldats ont vigoureusement répondu à toutes leurs agressions tuant plus de 40 malfaiteurs lors de deux attaques le 04 Mars  et le 27 Avril 2021.

Rendu furieux par ces échecs successifs, les terroristes ont envoyé un message aux populations de Dinangourou leur annonçant la menace de represailles sur tous ceux qui tenteront de se rendre à Koro. Depuis cette date, les motos tricycles qui ralliaient par dizaine la ville de Koro chaque jour, afin de ravitailler les populations de Dinangourou, ont cessé le déplacement pour éviter de tomber dans des embuscades.  

Conséquences 

Depuis deux semaines, la ville de Dinangourou tourne au ralenti car les populations vivent en parti reclus chez eux. C’est donc un embargo qui ne dit pas son qui est imposé aux habitants de la localité tout comme ce qui s’est passé pendant 4 mois à Farabougou. Selon une source jointe à Koro, les populations commencent à manquer des produits de premières nécessités. Pour l’heure, aucune communication du gouvernement sur le cas de Dinangourou puisse que les autorités étatiques ont tendance à montrer aux opinions nationales et internationales que le centre est en voie d’apaisement.

Solutions

Les autorités locales reconnaissent qu’il y a un problème à Dinangourou mais pour le moment elles privilégient, tout comme avant, les démarches discrètes auprès des GAT, présentés comme des djihadistes, pour gérer la situation. A en croire un notable de Dinangourou, installé à Bamako, des discutions conduites par des personnes ressources sont en cours pour obtenir la levée de l’embargo.  Mais ces initiatives locales, surtout diversement appréciées par les observateurs, n’exonère pas l’Etat de ses obligations d’informer le peuple malien sur ce qui se passe sur cette partie du territoire national.

www.lepaysdogon.net/Koro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.